Comment ramoner sa cheminée ?

0
15

L’entretien régulier des conduits d’évacuation d’une cheminée est indispensable pour la sécurité et l’efficacité de l’installation. Cet article va expliquer comment nettoyer sa cheminée. Découvrez les meilleures techniques pour obtenir un dispositif de chauffage efficace.

Le ramonage et la législation

Les travaux de ramonage consistent à ôter les dépôts de suie, les goudrons, les bistres et les résines qui se trouvent à l’intérieur du conduit. Cette opération fait partie des entretiens courants d’une cheminée. Pour des raisons de santé et de sécurité, elle est une obligation légale. Il convient donc de contacter un ramoneur une fois par an pour prendre soin de votre installation. Certaines communes demandent d’ailleurs des justificatifs et les assurances imposent aux particuliers de réaliser un ramonage par an pour proposer leurs garanties. Si vous pouvez ramoner votre cheminée vous-même, sachez qu’en éventuel sinistre, votre assureur peut réclamer un certificat pour engager une démarche de dédommagement. C’est pour cette raison qu’il faut impérativement solliciter un ramoneur professionnel pour éviter les déconvenues. Le prix d’une telle intervention varie de 30 à 130 euros. D’autres entretiens peuvent être réalisés en complément pour améliorer le rendement de l’installation et son tirage. En outre, il importe de bien vous informer sur les conditions d’application de votre assurance habitation, parce qu’elles diffèrent d’un assureur à un autre. Certaines compagnies permettent à leurs clients de faire eux-mêmes l’entretien de leur cheminée. A cet effet, l’assureur engage un professionnel pour vérifier que le ramonage a bien été fait.

Bien choisir le hérisson de ramonage

Le hérisson est le dispositif de base d’un ramoneur. Il est disponible en différentes formes et matière pour s’adapter à tous les équipements présents. S’il s’agit d’une cheminée en béton, le modèle en acier est recommandé. Mais si l’installation est en briques réfractaires, vous pouvez utiliser une version en inox ondulée. Pour les conduits en métal, un modèle en PEK ou en nylon est le plus adapté. Concernant la longueur de la canne, elle doit s’adapter à celle du tubage.  Pour ce qui est du diamètre, il est recommandé de choisir un hérisson légèrement plus grand que le conduit. Mais une autre option est de tailler les brins de l’outil en cas de besoin. Pour un tubage cylindrique, on doit choisir une brosse ronde et un hérisson rectangulaire pour une canalisation rectangulaire.

La meilleure technique de ramonage

En général, l’intervention d’un expert comme cet artisan ramoneur en Hérault sur ce site par exemple, est indispensable pour profiter d’un ramonage qualitatif. Ce professionnel travaille toujours par le haut. De cette manière, il agit plus efficacement et peut surveiller la partie haute de l’installation et son agencement avec la toiture. Cette méthode classique évite également de salir l’intérieur de la maison. Cependant, en cas d’accès difficile à la cheminée, le ramoneur peut travailler de l’intérieur. D’ailleurs, il est des équipements destinés à cet effet.

L’usage d’une bûche de ramonage

Les travaux de ramonage par bûche sont complémentaires à l’entretien mécanique. Ils ne peuvent donc pas le remplacer. La bûche renferme des agents nettoyants et des fibres de bois. Ces derniers vont donc se dégager pendant la combustion. Cette technique permet de désencrasser les coins difficilement accessibles par un hérisson et d’ôter efficacement les dépôts sur le long des parois.